More Articles

“GOMBESSA II” Expédition de 2014
Plongée Record de 24 heures – et les mérous marbrés du pacifique

 

1888892_705240826215515_8705599301044161555_o

 

Toujours dans l'esprit de Gombessa I – la fameuse expédition de 2012 à la recherche du Cœlacanthe, le biologiste marin Laurent Ballesta et son équipe de biologistes, photographes et réalisateurs ont réussi une nouvelle mission en Polynésie Française et en ont profité pour battre un nouveau record du monde : une plongée de 24 heures en utilisant des recycleurs AP Inspiration.

 

10565229_705240959548835_8547157511864921318_n

 

Vous trouverez ci-dessous une synthèse et les résultats de ce projet :

Les objectifs et challenges

Cette expédition scientifique a pris place dans la passe Sud de Marava, un atoll de archipel des Tuamotu, Polynésie Française. Elle a été conçue, organisée et dirigée par Laurent Ballesta, biologiste marin, plongeur profond et photographe sous-marin. Le cœur de ce projet était de suivre au plus prêt le regroupement des mérous marbrés du pacifique (Epinephelus polyphekadion) et démontrer comment leur frai joue un rôle clef dans l'équilibre de l'écosystème du lagon. Des milliers de mérous vont, d'une certaine façon, entendre l'appel de la nature une fois par an, à la pleine lune, et se regrouper dans la passe sud de Fakarava. Ils vont alors se reproduire dans un bref mais néanmoins spectaculaire moment.

 

Groupers_social_behaviour_72

 

Cette expédition offrait trois défis majeurs :

  1. Une énigme scientifique : tout le monde s'accorde à dire que le regroupement spectaculaire des mérous joue un rôle clef dans l'écosystème du lagon. Par contre, la nature exacte de ce rôle reste à découvrir.
  2. Un défi en plongée : de nombreuses plongées longues, quelques plongée profondes (au delà de 160m) et une plongée record particulière de 24 heures, si les conditions le permettent.
  3. Un défi impliquant la capture d'images de très hauts qualités (2 000 images/sec) de cet événement exceptionnel et rare ne durant qu'a peine 30 minutes.

A cause de son intensité et son originalité, le phénomène de regroupement des mérous a fait l'objet, ces deux dernières années, d'études du CRIOB (Centre de recherche Insulaire et Observatoire Polynésien de l'environnement), lié au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique). Leurs observations scientifiques sont toujours dans l'attente de réponse.

De nombreuses questions restent sans réponses, comme par exemple :

  • Le séquençage temporel du regroupement et les facteurs l'influençant – tels que les courants, la température de l'eau, les cycles de la lune, le ration entre les animaux adultes et les juvéniles ...
  • La zone d'origine et le nombre de mérous, soulevant nombre de questions à propos de leur migration. Entre autres, est-ce que les survivants reviennent d'une année sur l'autre ?
  • La localisation des mérous lors de la ponte. Seule la période de fécondation est correctement localisée ...
  • Le rôle de ces regroupement dans l'écosystème …

 

Groupers_72

 

Pour tenter de résoudre ces mystères, un suivi complet – physique et biologique – de la passe sud de Fakarava fut mis en place pour la première fois : cartographie du fond marin, suivi par echosonar, analyses acoustiques, étude des courants marins, photographie aériennes et surveillance par caméras fixes, 24h/24, 7j/7.

 

Panorama_3_cameramen_and_a_few_groupers-72

 

Certains cameramans sous-marin parmi les meilleurs furent recrutés pour mener cette tache exceptionnelle à bien.

 

gombessa2-team-72

 

Résultats de l'expédition

Etudes des requins :

D'un point de vue scientifique, plusieurs publications vont voir le jour, de nouveaux éléments ayant été relevés sur la présence des requins sur le site. En effet, la passe semble être lieu de ce qui pourrait être le plus grand regroupement de requins de tout l'Indo-Pacifique. Des observations ont aussi été menée durant les périodes de chasse nocturne de requins gris et leur comportement avec le regroupement des mérous en corrélation avec les phases de la lune. Plusieurs individus de chaque espèce ont été marqués par des balises acoustiques et donc détectés lors de leur passage par les sondes réparties le long de la passe.

 

Etudes des Mérous marbrés :

Groupers_fight_72

 

Quant au cœur de la mission, les mérous : plusieurs publications vont aider à clarifier certains comportements tels que les combats, les comportements de séduction et de reproduction, etc … De part leur importances, d'autres informations récupérées, vont être transmises aux responsables publics de la zone. Comme le fait que nous ayons tiré la sonnette d’alarme à propos du nombre de mérous qui semble décroissant, bien que cela nécessite confirmation. Ceci est d'autant plus important que la passe sud de Fakarava est une Réserve de la Biosphère.

Cartographie 3D de la passe Sud de l'atoll de Fakarava :

Un autre outils utile que cette mission a apporté est la cartographie 3D du fond marin et de l'écosystème de la passe, effectué pour la première fois. Cette cartographie aide à la connaissance du site. De plus, les observations effectuées durant une plongée de 6 heures à 160m à révélé la présence de structures inhabituelles telles que des pitons verticaux, mais à aussi permis de confirmer la présence de certaines espèces rares.

 

Tournage & Photographie:

End_of_L.Ballestas_24h_dive_72

 

Pour ce qui est du défi audiovisuel, cette mission fut un vrai succès car le comportement individuel des mérous a pu être filmé pour la première fois -migration, combats, séduction, prédation, reproduction, … Pour couronner le tout, la plupart de ces images furent tournées à 2 000 images/seconde, permettant une visualisation et une analyse très précise.

Des scènes incroyables de chasse nocturnes de requins furent aussi tournées avec cette caméra ultra rapide, nous aidant à mieux comprendre ce phénomène. Lors des chasses nocturnes, nous avons observé un paradoxe évident entre la maladresse de certains individus isolés et l'incroyable efficacité de ces mêmes individus lorsqu'ils sont en groupe. Les images, photos et vidéos, sont à couper le souffle. Un documentaire de 90 minutes retraçant cette mission sera diffusé courant 2015 sur la chaîne culturelle Européenne ARTE tandis qu'une version Anglaise de 52 minutes sera distribuée à l'international.


Une plongée de 24 heures :

Enfin, et surtout, une plongée record de 24 heures a été réalisée par Laurent Ballesta, sous la direction et la supervision de Jean-Marc Belin, après validation par plusieurs physiologistes experts.

 

Laurent_Ballesta-72

 

Seulement deux heures de décompression furent nécessaire après les 22 heures passées à une profondeur comprisse entre 20 et 25m. La grande nouveauté a été l'introduction de nouveaux protocoles de décompression, permettant de découvrir plus avant les phénomènes de saturation/désaturation multi-gaz.

 

10460646_705240842882180_2834387107453749405_o